ARTICLES

 
TRIBUNE - FORUM DE TURIN
Structurer Rangzen
Par François Corona, mai 2007

sommaire : AT n°2 - 2007
auteur : François Corona
dossier :
 

Nous le savons tous, l'un des problèmes majeurs rencontrés par les défenseurs de Rangzen, c'est que le droit historique et légal à l'indépendance du Tibet n'a jamais trouvé sa juste place au sein des institutions politiques tibétaines reconstruites et développées en exil.

En premier lieu, il y a le gouvernement du Tibet qui a choisi dans les années 80 d'abandonner cette revendication légitime. Et puis, il y a le Parlement dont la représentativité uniquement géographique des élus interdit toute forme d'opposition démocratiquement exprimée au sujet de la voie qui doit être suivie par le peuple tibétain dans son difficile combat pour la liberté et la justice. De la même façon, l'expression électorale d'un choix de société (libérale, progressiste, etc.) comparable à ce qui existe ailleurs dans le monde est tout aussi improbable.

De plus, il est fréquent que ceux qui s'expriment en faveur du maintien de l'objectif de l'indépendance lors des différentes rencontres internationales soient taxés par les représentants du gouvernement tibétain en exil (GTE) d'être des radicaux ne parlant qu'en leur propre nom. Voilà une façon bien commode de nier l'existence du sentiment indépendantiste au sein de la communauté exilée ou au Tibet et d'en dénigrer la légitimité et la représentativité.

L'une des conséquences de ces manquements en termes d'expression démocratique, c'est que jusqu'à présent, le sentiment indépendantiste n'a pu se transformer en véritable programme alternatif pouvant être présenté au suffrage des Tibétains et défendu dans le monde par les groupes de soutien réceptifs.

Mon espoir pour cette conférence de Turin, qui réunira des groupes de soutien favorables à Rangzen et des Tibétains engagés dans ce combat légitime, est qu'elle sera une première étape qui nous permettra à terme d'aider les Tibétains à transcrire leur volonté d'indépendance en un véritable programme politique et à jeter le plus rapidement possible les bases d'un mouvement international de soutien à l'indépendance du Tibet, condition sine qua non à mes yeux de tout espoir d'unité retrouvée dans le futur.

L'importance de ce forum résidera dans sa capacité à être un acte fondateur qui appellera à d'autres rencontres et à des prises de décision par les principaux intéressés. Car il y aurait peu d'intérêt à ce que cette conférence ne soit rien d'autre qu'une simple rencontre entre amis ressassant toujours le même constat d'échec politique de la voie du milieu.

Pour l'instant, cette évidence n'a généré aucune méthode claire et acceptée par le plus grand nombre qui nous permettrait de sortir de cette impasse. En lieu et place, nous assistons impuissants à de multiples appels à une unité actuellement impossible du fait du positionnement du GTE et de l'absence de ligne politique alternative. Cela est très décevant.

C'est dans cet esprit que nous proposerons, à Turin, l'option de l'unification des tendances Rangzen et la création d'un groupe parlementaire tibétain comme première étape d'un travail de réappropriation citoyenne de l'histoire tibétaine et de projection vers l'avenir. Bien sûr, nous serons très attentifs à tout ce qui sera proposé par les Tibétains présents.

F.C.
Président de Tibet Destination Rangzen