ARTICLES

 
OULAN BATOR : LA MONGOLIE SOLIDAIRE DU TIBET
Jeunesse socialiste d'Asie-Pacifique
TYC-IUSY, juin 2007

sommaire : AT n°2 - 2007
auteur :
dossier : Confénrences
autre langue : anglais
 

Une résolution historique reconnaissant le Tibet comme un Etat indépendant a été votée lors de la réunion du Comité Asie-Pacifique de l'Union Internationale de la Jeunesse Socialiste (IUSY*), à Oulan Bator, en Mongolie. Cette réunion, qui s'est tenue du 8 au 10 juin 2007, a été accueillie dans le salon de conférence officiel du Ministère des affaires étrangères mongol. Plus de 25 délégués représentant une dizaine de pays d'Asie-Pacifique y ont participé. M. Dhondup Dorjee, porte-parole du Tibetan Youth Congress (TYC), représentait le Tibet.

L'ordre du jour avait pour thème principal : "Comment la social-démocratie peut-elle contrer le néo-libéralisme en Asie-Pacifique ?".

Lors de la session d'ouverture, M. Enkhbold, ministre mongol des affaires étrangères, et M. Lundeejantsan, député et porte-parole du Parlement mongol, sont intervenus pour exposer les initiatives et les politiques économiques entreprises par leur gouvernement en Mongolie. M. Zandanshatar, président de l'Union Démocratique Mongole de la Jeunesse Socialiste (MDSYU), a souligné l'importance des idéaux démocratiques socialistes et les avancées du MDSYU en la matière.

Le rapport au Tibet et à la Chine

Le second jour de réunion, le délégué tibétain a exposé un rapport sur la situation d'ensemble au Tibet. Après un bref rappel historique, M. Dorjee a insisté plus longuement sur les récentes évolutions et a expliqué les activités du Tibetan Youth Congress. Une résolution en 5 points, reconnaissant notamment l'indépendance du Tibet et son occupation illégale par la Chine, a ensuite été votée à l'unanimité, à l'exception du quatrième point - portant sur le boycott des JO de Pékin - qui a été contesté par le représentant malaisien d'origine chinoise, M. Anthony Loke.

Celui-ci, alors qu'il présidait la séance de l'après-midi, a alors ouvert une discussion sur la Chine et sur l'opportunité de se rapprocher de la Jeunesse communiste chinoise. La plupart des représentants, y compris M. Anthony Loke, ont toutefois repoussé l'idée d'inclure la Chine comme membre de l'IUSY.

Mme Marie Chris Cabreros, déléguée des Philippines, a rappelé les objectifs de l'IUSY et exposé les attentes d'un éventuel rapprochement avec l'organisation de la Jeunesse chinoise. Les délégués de l'Inde, de la Birmanie et du Népal, parmi d'autres, ont convenu de l'importance de se rapprocher de la Chine, mais sans compromettre les résolutions de l'IUSY sur le Tibet ni ses principes directeurs.

S'exprimant à son tour, le représentant du Tibet, M. Dhundup Dorjee, a lui aussi admis que sur le principe se rapprocher de la Chine avait son importance afin de ne pas l'isoler complètement. Toutefois, il a également réfuté l'idée même d'un rapprochement avec l'organisation de la Jeunesse du Parti communiste chinois, laquelle est selon lui complètement contrôlée et administrée par le Parti communiste lui-même. Il a donné plus de détails sur la nature des prétendues "ONG" en Chine et a mis en évidence que se rapprocher de telles organisations chinoises, qui ne se reposent sur aucun mandat populaire, serait en contradiction avec les principes et les valeurs défendus par l'IUSY.

Durant cette réunion et lors de son séjour, le représentant tibétain a rencontré des enseignants de l'Université bouddhiste mongole, parmi d'autres personnalités influentes du pays, et a insisté auprès d'eux sur la nécessité de soutenir la cause du Tibet et sa lutte pour la liberté et de renforcer les relations entre les jeunesses de Mongolie et de la communauté tibétaine en exil.

Résolution

(résolution en 5 points adoptée le 10 juin 2007 par l'IUSY Asie-Pacifique)

1. Reconnaître le Tibet comme un Etat indépendant et condamner son occupation illégale par la Chine.

2. Arrêter la politique de transformation démographique menée par la Chine, qui consiste en un transfert massif de Chinois au Tibet, notamment depuis la mise en service de ligne ferroviaire Gormo-Lhassa.

3. En appeler aux Nations unies pour rouvrir les discussions sur la base des résolutions votées en 1959, 1961 et 1965 sur le Tibet.

4. Faire pression pour le boycott des Jeux olympiques de Pékin en 2008 tant que la Chine continuera son génocide au Tibet et poursuivra ses ambitions impérialistes qui menacent la paix en Asie et plus largement à travers le monde.

5. Contribuer à rétablir le respect des droits de l'homme au Tibet ; soutenir le mouvement tibétain dans sa lutte pour la liberté ; faire pression sur la Chine pour qu'elle libère sans aucune condition tous les prisonniers politiques tibétains, y compris le Panchen-Lama et Tenzin Delek Rimpoché.

TYC-IUSY


-------------------------------------------------------------
* IUSY : International Union of Socialist Youth