ARTICLES

 
LA RÉSOLUTION DU 6 JUILLET 2000 TOUJOURS EN SUSPENS
Volte-face européenne
F O C U S - Alternative tibétaine

sommaire : AT n°2 - 2007
auteur : Alternative tibétaine
dossier :
 

Le 6 juillet 2000, le Parlement européen votait une résolution invitant les "gouvernements des Etats membres à examiner sérieusement la possibilité de reconnaître le gouvernement tibétain en exil comme représentant légitime du peuple tibétain si, dans un délai de trois ans, les autorités de Pékin et le gouvernement tibétain en exil n'étaient pas parvenus à un accord sur un nouveau statut pour le Tibet par le biais de négociations organisées sous l'égide du Secrétaire général des Nations unies".

Au terme de cette échéance, en juillet 2003, il revenait au Parlement européen de faire le bilan des objectifs fixés et de reformuler explicitement ses recommandations dans le cadre d'une nouvelle résolution. En l'occurrence : attester de l'absence de l'accord attendu et par conséquent appeler les Etats membres à reconnaître le gouvernement tibétain en exil. Or, la résolution de juillet 2000 n'a fait l'objet d'aucune nouvelle procédure, son contenu n'a donc été ni annulé ni confirmé.

Théoriquement, au regard de cette résolution, le Parlement européen reconnaît implicitement le gouvernement tibétain en exil, mais par son silence et d'autres résolutions ultérieures, il continue de se comporter comme si elle n'avait jamais existé. Si le délai de trois ans est depuis longtemps dépassé, sur le fond, les engagements du Parlement demeurent. De même que la nécessité de mettre en oeuvre cette résolution, toujours et plus que jamais justifiée par l'absence d'un quelconque accord entre Pékin et Dharamsala.

M.V.