TRANSALPINE TIBÉTAINE
 
SWISSINFO - 25/08/2000
Les marcheurs de la Transalpine tibétaine
ont rejoint Genève

(GENÈVE) Ils avaient quitté Nice le 9 juillet, ils sont arrivés vendredi matin sur la Place des Nations à Genève : quelques dizaines de randonneurs au long cours ont marché 49 jours à travers les Alpes pour rappeler au monde l'histoire et l'actualité du Tibet.


De la Méditerranée au Léman, en passant par Briançon et Chamonix, ce sont sept cents kilomètres de routes et de chemins de montagne qu'a parcouru cette caravane composée d'une cinquantaine de marcheurs européens et tibétains, accompagnés de chevaux. D'une étape à l'autre, d'autres randonneurs sont également venus, l'espace d'un jour, partager cette marche qui, toute sportive soit-elle, avait d'abord valeur de symbole et de témoignage.

En 1959, une centaine de milliers de Tibétains accompagnaient l'exil du dalaï-lama alors que s'installait chez eux l'occupant chinois. Il y a deux ans, une première "Marche du Tigre" avait mené les défenseurs de la liberté du Tibet de Lyon à Marseille. Cette fois-ci, le symbole est plus clair : la traversée des Alpes se veut prémonitoire d'un grand retour possible au pays natal par les chemins de l'Himalaya.

A leur arrivée à Genève, les marcheurs ont chanté, réclamé l'ouverture du dialogue entre le Tibet et la Chine et appelé à la fin de la répression et du génocide. Ils ont remis une pétition à un représentant de la Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Mary Robinson, absente de Genève.

Cette pétition, qui rappelle que "le Tibet demeure la plus grande colonie du monde", demande à l'ONU de redire haut et fort que le peuple tibétain a un droit d'autodétermination et que le dalaï-lama est son représentant légitime.

Bernard Weissbrodt
© Swissinfo